Scutellaire : Son utilisation contre les symptômes de l'arthrose

L'un des bienfaits santé de la scutellaire (scutellaria baicalensis) est de soulager les douleurs liées à l'arthrose. Cette plante très appréciée en médecine traditionnelle chinoise doit son effet analgésique à la présence de puissants flavonoïdes dans ses racines. Il s'agit de la baïcaléine et de la baïcaline. Mais quelles sont les actions de ces molécules antioxydantes sur les maladies inflammatoires ? Et quelle est la meilleure façon de les utiliser ?

L'arthrose, causes, symptômes et conséquences

À l'heure actuelle, il n'existe pas encore de médicament ou produit nutraceutiques permettant de guérir les maladies articulaires, à l'instar de l'arthrose. Le traitement consiste plutôt à soulager les symptômes et à ralentir autant que possible la dégradation des articulations. Si en médecine moderne, on utilise notamment des anti-inflammatoires non stéroïdiens ; la phytothérapie, elle, recommande l'usage de plantes médicinales, telles que l'harpagophytum et la fameuse scutellaire du Baïkal. Il existe aussi la Scutellaria lateriflora, une variété américaine surtout conseillée pour la prise en charge des problèmes d'insomnie et de maladies neurodégénératives. Un excellent tonique du système nerveux.

Nombreux sont les facteurs qui peuvent favoriser l'apparition et l'aggravation de l'arthrose :

- mouvements ou positions répétées

- traumatismes de l'articulation suite à un accident

- anomalies métaboliques qui encouragent le dépôt de cristaux au niveau des articulations

- surcharges pondérales

- anomalies squelettiques et des membres

- hormones sexuelles au moment de la ménopause

- facteurs héréditaires

La douleur reste le symptôme principal de ce trouble articulaire. Elle peut varier en fonction de la zone concernée et notamment être gênante et entraîner des réveils nocturnes ou être douloureuse au mouvement et cesser ou diminuer au repos. L'absence de prise en charge de l'arthrose peut entraîner une déformation de l'articulation. Des petites bosses ou nodules se forment, dus à un épanchement du liquide synovial. Ces déformations sont irréversibles et peuvent évoluer vers une impotence partielle, voire un handicap.

Les effets de la scutellaire baicalensis sur l'arthrose

Seule la scutellaire du Baïkal est efficace dans le traitement des maladies articulaires. Sa capacité à soulager les douleurs de l'arthrose est possible grâce à la présence d'un puissant anti-inflammatoire dans ses racines : la baïcaléine. La variété scutellaria lateriflora en renferme également, mais en teneur plus faible. Ses principes actifs sont surtout concentrés au niveau des feuilles et des fleurs.

Les différentes études menées sur cette plante ont permis de confirmer son effet sur l'arthrose et ses mécanismes d'action au sein de l'organisme.

Protection des chondrocytes

La déformation osseuse lors de l'arthrose est due à la dégradation du cartilage articulaire. Ce tissu est formé d'un seul type de cellule, appelé chondrocyte et est structuré par des fibres de collagène. Sa destruction résulte alors de la perte progressive des cellules qui le composent.

Les diverses expériences ont permis de remarquer que la baïcaléine de la scutellaire du Baïkal était capable d'empêcher la mort de ces chondrocytes. Ce puissant flavonoïde possède, en effet, la capacité de stimuler les gènes anti-apoptotiques, ou les gènes qui bloquent l'apoptose de ces cellules. Il inhibe, par ailleurs, l'activité de certaines molécules comme le NF-kappaB, qui déclenche cette apoptose. (1)

L'harpagophytum procumbens possède également des effets bénéfiques sur l'arthrose, il est capable de protéger le cartilage articulaire. Ses principes actifs, dont les glucosides monoterpènes comme l'harpagoside et l'harpagide, bloquent l'activité des cytokines et du facteur de nécrose tumorale (TNF-alpha) à l'origine de la destruction de ce tissu. (2)

Inhibition des médiateurs pro-inflammatoires

La baïcaléine de la scutellaire agit également comme un anti-inflammatoire. Grâce à cette propriété, ce flavonoïde peut être utilisé à la manière des médicaments (AINS et coxibs) habituellement prescrits pour soulager les symptômes de cette maladie. Ces produits sont essentiels lors des poussées inflammatoires, ils limitent les risques de détérioration cartilagineuse et apaisent les douleurs y afférentes.

Des études ont montré que la baïcaléine pouvait inhiber l'expression du gène pro-inflammatoire interleukine 1 bêta, qui favorise la libération des enzymes impliquées dans le processus inflammatoire, comme la cyclooxygénase (COX-1) (1). Les AINS comme l'harpagophytum, quant à eux, sont des inhibiteurs de la COX-1.

Formation des cartilages

En plus de soulager les symptômes de l'arthrose et d'empêcher l'apoptose cellulaire, la scutellaire peut également encourager la formation des cartilages. Une publication scientifique vante sa capacité à contrôler l'expression de certains gènes, impliqués dans la différenciation des chondrocytes et la formation du tissu cartilagineux. Il s'agit des facteurs de transcription SOX5, SOX6 et SOX9. (1)

Utilisation de la scutellaire dans le traitement de l'arthrose

D'après ces mécanismes d'action, la scutellaire est capable de maintenir la santé articulaire. Non seulement cette plante apaise les douleurs, mais elle améliore également les cartilages et donc la qualité de vie des patients.

Pour profiter de ses bienfaits santé, privilégiez lors de l'achat les produits hautement concentrés en baïcaline. Cette molécule est la forme glucuronidée de la baïcaléine. Elle est plus facile à assimiler et biodisponible. Une teneur à plus de 85 % reste essentielle afin d'assurer l'efficacité de la plante. En ce qui concerne le dosage, il faudra compter environ deux gélules de 500 mg par jour pour ressentir des effets positifs sur l'organisme.

Attention, il n'est pas prudent d'utiliser ce produit en cas de problèmes de foie ou de digestion. Il est, d'ailleurs, toxique pour cet organe à des doses élevées. Prenez l'avis de votre médecin avant d'entamer tout traitement. Préférez, en outre, lors de votre achat, des produits dépourvus de tout excipient artificiel.

Références

[1] Yue Li et al. « Effects of baicalein on IL-1beta-induces inflammation and apoptosis in rat articular chondrocytes ». Oncotarget. 2017.

[2] Gundula Schulze-Tanzil et al. « Effect of a harpagophytum procumbens DC extract on matrix metalloproteinases in human chondrocytes in vitro ». Arzneimittelforschung. 2004.

 

 

NOTRE SÉLECTION
Harpagophytum sur Dynveo