De nouvelles études confirment l'action de l'harpagophytum sur les articulations douloureuses

 

L'arthrose est un trouble musculo-squelettique très courant. Un traitement conventionnel (utilisant des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens) est associé à des effets indésirables bien documentés. La Griffe du diable (Harpagophytum procumbens), un remède traditionnel sud-africain à base de plantes utilisé pour les affections rhumatismales dégénératives, légères à modérées, peut être une option de traitement thérapeutique plus sûr, efficace et bien toléré, améliorant grandement la qualité de vie. À ce jour, de nombreuses études animales,  cliniques et in vitro ont évalué son efficacité [1].  L'harpagophytum agit par voie de migration de l'interleukine et des leucocytes vers la zone articulaire douloureuse et enflammée [2].

 

 

La phyto-médecine dans les douleurs articulaires

Une étude de 2017 a permis de résumer les informations scientifiques disponibles, obtenues à partir des bases de données médicales et de la littérature sur les plantes médicinales comme l'harpagophytum, et qui ont été testées dans des études humaines. Nous citons dans cet article quelque unes de ces études liées à l'effet anti-inflammatoire de l'harpagophytum sur les douleurs articulaires.

Etude N°1 : L'harpagoside supprime l'expression d'iNOS et de COX-2 induite par les lipopolysaccharides par inhibition de l'activation de NF-kappa B.

 

Selon cette étude, l'harpagophytum serait une plante médicinale à potentiel thérapeutique dans l'arthrose et la polyarthrite rhumatoïde. L'étude a montré que les principaux composés phytochimiques responsables de l'effet anti-arthrosique sont les glycosides iridoïdes (harpagoside, harpagide et procumbide), qui se retrouvent en plus grande quantité dans les tubercules et les racines.

Cependant, il est intéressant de mentionner que les extraits de plantes entières semblent avoir un meilleur effet thérapeutique que ceux obtenus à partir de parties isolées [3,4]. Selon l'étude, l'harpagoside a inhibé in vitro la synthèse de divers médiateurs pro-inflammatoires via la suppression de l'expression de l'oxyde nitrique synthase inductible et de la cyclooxygénase par inhibition de l'activation du facteur nucléaire-kappa B; une protéine  impliquée dans la réponse immunitaire et la réponse au stress cellulaire, inhibant ainsi l'inflammation en aval et les événements de douleur subséquents [5].

Etude N°2 : Inhibition de la synthèse de TNF-alpha dans des monocytes humains primaires stimulés par LPS par l'extrait d'Harpagophytum SteiHap 69.

 

Ici, ont été étudiées les propriétés anti-inflammatoires de l'extrait de Harpagophytum SteiHap 69 (extrait de Steiner Harpagophytum procumbens 69) sur les monocytes humains primaires, un modèle utile de l'inflammation périphérique. L'étude a permis de montrer que les extraits d'harpagophytum ont une activité chondroprotectrice, plusieurs mécanismes pouvant en être responsables: diminution de la synthèse des médiateurs inflammatoires (TNF-a, interleukine-1b) et inhibition des métalloprotéinases matricielles et de l'élastase [6]. Selon l'étude, d'autres recherches sont nécessaires afin d'élucider le mécanisme moléculaire des effets anti-inflammatoires de la griffe du diable.

Par ailleurs, plusieurs études cliniques humaines ont montré que divers extraits de tubercules HP (50-60 mg d'harpagoside par jour, administrés pendant une période variable entre 8 et 16 semaines, selon l'étude) amélioraient significativement le tableau clinique des sujets souffrant d'arthrose du genou et de la hanche, de la douleur, de la limitation du mouvement et de la crépitation articulaire [7,8].

Etude N°3 : Traitement des patients atteints d'arthrose de la hanche ou du genou avec un extrait aqueux de griffe du diable (Harpagophytum procumbens DC).

 

Le but de l'étude est de démontrer l'efficacité à long terme des tubercules secondaires de la griffe du diable dans le rétablissement des patients souffrant de maladies rhumatismales  comme l'arthrose et la lombalgie. Pour cela, l'extrait aqueux (Doloteffin, 2400 mg extrait par jour, correspondant à 50 mg d'harpagoside), a été testé avec succès chez des patients lombalgiques. Il s'agit d'une étude de surveillance multicentrique non contrôlée pendant environ 12 semaines, réalisée chez 75 patients atteints d'arthrose de la hanche ou du genou. Pour normaliser l'évaluation des effets du traitement, l'indice d'arthrose (WOMAC) (échelle de 10 points) ainsi que l'échelle de douleur visuelle analogique (VAS) de 10 cm ont été utilisés.

Les résultats de l'étude ont révélé une forte réduction de la douleur et des symptômes de l'arthrose. Ces résultats comprenaient :

- Une amélioration significative du score total WOMAC qui a été réduit de 22,9%.

- Une amélioration de chaque sous-échelle WOMAC : 23,8% pour la sous-échelle de la douleur, 22,2% pour la sous-échelle de rigidité et 23,1% pour la sous-échelle de la fonction physique.

- Une diminution des scores de douleur à l'EVA de 25,8% pour la douleur réelle, de 25,2% pour la douleur moyenne, de 22,6% pour la douleur la plus forte et de 24,5% pour le score de douleur total.

- Une amélioration continue des résultats cliniques typiques tels que 45,5% pour la douleur à la palpation, 35% pour la limitation de la mobilité et 25,4% pour les crépitations articulaires.

Bien qu'il s'agisse d'une étude clinique ouverte, les résultats suggèrent que cet extrait de griffe du diable a un effet cliniquement bénéfique dans le traitement de l'arthrose de la hanche ou du genou.

 

Références :


1 - Warnock M, McBean D, Suter A, Tan J, Whittaker P. Effectiveness and safety of Devil's Claw tablets in patients with general rheumatic disorders. Phytother Res 2007; 21: 1228- 1233.
2 - Andersen ML, Santos EH, Seabra Mde L, da Silva AA, Tufik S. Evaluation of acute and chronic treatments with Harpagophytum procumbens on Freund's adjuvant-induced arthritis in rats. J Ethnopharmacol 2004; 91: 325-330.
3 - Huang T.H.-W., Tran V.H., Duke R.K., Tan S., Chrubasik S., Roufogalis B.D., Duke C.C. Harpagoside suppresses lipopolysaccharide-induced iNOS and COX-2 expression through inhibition of NF-kB activation. J. Ethnopharmacol. 2006;104:149-155. doi: 10.1016/j.jep.2005.08.055.
4 - Harpagophytum procumbens (devil's claw). Monograph. Altern Med Rev. 2008 Sep; 13(3):248-52.
5 - Huang T.H.-W., Tran V.H., Duke R.K., Tan S., Chrubasik S., Roufogalis B.D., Duke C.C. Harpagoside suppresses lipopolysaccharide-induced iNOS and COX-2 expression through inhibition of NF-kB activation. J. Ethnopharmacol. 2006;104:149-155. doi: 10.1016/j.jep.2005.08.055.
6 - Inhibition of TNF-alpha synthesis in LPS-stimulated primary human monocytes by Harpagophytum extract SteiHap 69. Fiebich BL, Heinrich M, Hiller KO, Kammerer N, Phytomedicine. 2001 Jan; 8(1):28-30.
7 - Chantre P., Cappelaere A., Leblan D., Al E. Efficacy and tolerance of Harpagophytum procumbensversus diacerhein in treatment of osteoarthritis. Phytomedicine. 2000;7:177-183. doi: 10.1016/S0944-7113(00)80001-X.
8 - Chrubasik S., Thanner J., Kunzel O., Al E. Comparison of outcome measures during treatment with the proprietary Harpagophytum extract Doloteffin in patients with pain in the lower back, knee, or hip. Phytomedicine. 2002;9:181-194. doi: 10.1078/0944-7113-00140.

 

 

NOTRE SÉLECTION
Harpagophytum sur Dynveo