Curcumine : ses bienfaits et propriétés

Curcumine : ses bienfaits sur les articulations

La curcumine et le curcuma sont tous deux utilisés en phytothérapie, mais attention cependant à ne pas les mélanger ! Le premier est en réalité un pigment polyphénolique, responsable de la coloration de cette épice appelée aussi Safran des Indes. Eh oui, il est à l'origine de sa couleur jaune. D'ailleurs, c'est un colorant alimentaire, dont l'identifiant est E100(i).

Cette substance est en fait bien plus qu'un simple colorant naturel. Elle revêt de multiples propriétés médicinales, notamment anti-inflammatoires d'après la science. Ce billet vous dévoile ses bienfaits.

Présentation de la curcumine

Sa source : Le curcuma

La curcumine est, comme il a été dit, extraite du curcuma qui est une épice très appréciée en cuisine indienne. Le curcuma n'est autre qu'une plante vivace rhizomateuse de la même famille que le gingembre, facile à identifier grâce à sa couleur jaune, rappelant l'or. Son nom scientifique est Curcuma longa.

Les premières utilisations de ses racines pour traiter diverses maladies remontent à plusieurs siècles avant notre ère. En fait, c'est un des remèdes naturels le plus souvent employés en ayurvéda. La médecine traditionnelle chinoise reconnaît également ses bienfaits et l'utilise surtout pour calmer les inflammations. Les premières publications scientifiques ayant parlé des vertus thérapeutiques de cette plante datent de l'année 1748.

Cependant, ses véritables mécanismes d'action au sein de l'organisme ne sont reconnus que récemment. Cette plante médicinale puise, en effet, la plupart de ses pouvoirs dans son principal polyphénol, la curcumine.

Ses particularités

La curcumine est disponible dans le curcuma à une quantité infime. La meilleure manière de bénéficier de ses bienfaits est donc de la prendre directement. D'après les différentes revues scientifiques, dont certaines datent de plus de 50 ans, cette molécule possède de nombreuses qualités. Selon une note scientifique publiée en 1949, c'est une substance pléiotrope, c'est-à-dire capable de moduler l'expression des gènes [1]. Ce n'est pas tout. Il s'agit aussi d'un antioxydant, anti-inflammatoire, antibactérien, antimicrobien et un hypoglycémiant puissant.

Malheureusement, cette molécule présente une très faible biodisponibilité. Déjà, notre organisme ne peut pas l'assimiler entièrement, mais en plus il l'élimine rapidement. Nombreux sont les scientifiques qui ont essayé de trouver des substances capables de bloquer la voie métabolique de la curcumine. Ces dernières permettent d'augmenter sa demi-vie plasmatique.

Activités anti-inflammatoires de la curcumine

Effets sur les troubles articulaires

Par sa capacité à inhiber l'activité des médiateurs pro-inflammatoires, tout comme l'harpagophytum, la curcumine peut être utilisée pour soulager l'arthrose. Rappelons que cette affection chronique des articulations est d'origine inflammatoire. Différents essais cliniques ont démontré les effets thérapeutiques de la curcumine sur les inflammations des articulations. Celle-ci s'est notamment avérée efficace dans le traitement sur le long terme de l'arthrose, mais également de la polyarthrite rhumatoïde. Chez les patients souffrant d'inflammation articulaire, une réduction du gonflement des articulations et une diminution de la raideur matinale ont été relevées. Chez d'autres patients, la mobilité et la performance lors d'un exercice de marche ont été des indicateurs clés du traitement à base de curcumine. Ainsi, la distance parcourue lors des exercices a augmenté [2].

Dans une étude sur le traitement de l'arthrose du genou par curcuminoïde, 40 sujets souffrant d'arthrose ont soit reçu 500 mg de ce curcuminoïde, soit du placebo. Pour décupler son efficacité et augmenter sa biodisponibilité, il a été associé à 5 mg de pipérine. Le traitement a duré 6 semaines. Les résultats de cette expérience ont montré une réduction importante des douleurs articulaires. Cette molécule du curcuma a réellement bloqué les médiateurs de l'inflammation, notamment les interleukines. Elle a protégé par la même occasion les tissus osseux, grâce à son activité antioxydante [3].

Prévention des maladies chroniques

Une publication sur la curcumine cite la relation entre l'inflammation et le stress oxydatif. Selon les auteurs, ce phénomène serait la cause de nombreuses maladies chroniques de notre génération. Parmi ces pathologies, on cite l'Alzheimer, le Parkinson, le diabète, les troubles articulaires, le psoriasis, etc. En effet, les cellules inflammatoires libèrent des espèces réactives de l'oxygène ou d'azote sur la zone du corps enflammée. Ce qui conduit alors à un stress oxydant.

Des scientifiques ont noté que l'usage de curcumine a permis de réguler négativement certains médiateurs de l'inflammation. On cite entre autres le facteur de nécrose tumorale, qui est une des principales cytokines. Il est produit par le corps en cas d'agents infectieux afin de les éliminer. Cependant, sa sécrétion massive peut finir par endommager les tissus et entraîner d'autres maladies. En fait, une activation exagérée de ce médiateur inflammatoire peut provoquer un choc septique. Celui-ci peut être dû à la présence de bactéries dans le sang par exemple [4].

Autres propriétés médicinales de la curcumine

Effets sur les lipides sanguins

Grâce à son effet pléiotropique, ce polyphénol peut moduler l'activité de certaines enzymes, notamment celles impliquées dans le métabolisme des lipoprotéines. Cette propriété lui permet donc d'agir sur les taux de cholestérol et de triglycérides, en les réduisant. Pas mal de publications scientifiques ont mis en avant son avantage dans la lutte contre l'hypercholestérolémie et l'hypertriglycéridémie. C'est aussi un excellent allié en matière de perte de poids [5].

Effets sur le stress et l'anxiété

Des revues traitent également des effets de cette molécule active sur le stress, l'anxiété et la dépression. Dans un essai, 30 adultes obèses ont reçu 1 g de curcuminoïdes par jour pendant un mois. Il s'agit d'un mélange des trois principaux principes actifs du curcuma, dont la curcumine, la bisdéméthoxycurcumine et la déméthoxycurcumine. Les résultats ont montré que ces extraits ont pu calmer l'anxiété des sujets testés. Ces molécules ont, par la même occasion, amélioré leur mémoire [6].

Conseils d'utilisation

Dosage et posologie

Comme la curcumine est très faiblement absorbée par notre organisme, mieux vaut orienter le choix vers les formes optimisées. En fait, pour augmenter la biodisponibilité et la capacité d'assimilation de ce principe actif, certains fabricants utilisent une matrice lipophile. Cette dernière permet de piéger la molécule et de la conduire jusqu'à sa cible. La curcumine est ensuite délivrée dans son format libre et non enrobé, pour agir efficacement. Il y a aussi les formules dans des liposomes et phytosomes, mais dont l'efficacité est toutefois moindre.

Le dosage conseillé est de 400 mg d'extraits de curcuma longa par jour, dont 80 mg de curcumine. Attention, la simple poudre de curcuma ne permet pas de profiter des bienfaits de ce principe actif. De plus, à forte dose, celle-ci peut devenir toxique pour les reins.

Précautions d'utilisation

Pris selon les doses prescrites, ce supplément ne cause aucun effet secondaire. Pour les femmes enceintes, celles qui allaitent et les sujets soumis à des anticoagulants, il est nécessaire de prendre l'avis d'un médecin.

 

Références

[1] Mahady GB et al. « Le curcuma longa et la curcumine inhibent la croissance de Helicobacter pylori, un cancérogène du groupe 1 ». Anticancer Res. 2002 ; 22:4179-4181.

[2]Gupta, Subash C et al. « Rôles thérapeutiques de la curcumine : leçons tirées d'essais cliniques. » AAPS journal vol. 15 (1) : 195-218. doi:10.1208/s12248-012-9432-8.

[3]Panahi Y et al. « Traitement curcuminoïde de l'arthrose du genou : essai randomisé à double insu et contrôlé par placebo ». Phytother. Res. 2014 ; 28 : 1625-1631.

[4]Panahi Y et al. « Effets de la curcumine sur les concentrations sériques de cytokines chez les sujets présentant un syndrome métabolique : Analyse post-hoc d'une étude randomisée ». Biomed. Pharmacother. 2016 ; 82 : 578-582.

[5]Mohammadi A et al. « Effets de la supplémentation en curcuminoïdes sur la dyslipidémie chez les patients obèses : un essai croisé randomisé ». Phytother. Res. 2013 ; 27 : 374-379.

[6]Esmaily H et al. « Une enquête sur les effets de la curcumine sur l'anxiété et la dépression chez les personnes obèses : un essai contrôlé randomisé ». Menton. J. Integr. Med. 2015 ; 21 : 332-338.

 

 

NOTRE SÉLECTION
Harpagophytum sur Dynveo