Rhumatismes et Harpagophytum

femme rhumatisme

Les rhumatismes concernent les os, les tendons, les cartilages, les articulations ... et peuvent totalement vous paralyser dans votre quotidien.

S'ils sont laissés à la légère étant non mortels, les rhumatismes peuvent pourtant générer des douleurs insoutenables que personne ne souhaiterait à son pire ennemi ! Focus sur ce mal du siècle.

Les rhumatismes, qu'est-ce que c'est ?

Les rhumatismes touchent 1/3 des français et 90% des personnes de plus de 70 ans connaissent une de leurs variétés : l'arthrose.

C'est pourquoi on associe souvent les rhumatismes à cette forme de maladie des personnes âgées. Et pourtant, il s'agit d'un terme générique qui regroupe toutes les maladies de l'appareil locomoteur, à savoir les os, les articulations, les ligaments mais aussi les muscles et les tendons.

Par conséquent, les rhumatismes ne concernent pas un seul groupe de personnes. Ils se manifestent par des douleurs conséquentes et ne sont pas allouées à l'âge de leurs victimes. Arthrose, spondylarthrite ankylosante, ostéoporose, lombalgie... les rhumatismes revêtent plusieurs formes. Mais toutes ces pathologies ont en commun des douleurs articulaires chroniques affectant la mobilité des malades.

Le corps humain est composé de plus de 200 os et 100 articulations. Il est alors normal que l'on distingue, pas moins de 200 pathologies rhumatismales.

Cela étant, ce sont les rhumatismes dits inflammatoires d'un côté et de l'autre ceux dégénératifs qui sont les plus connus.

Dans le langage traditionnel, c'est la deuxième catégorie, incluant l'arthrose, qui est associée à la notion de rhumatisme. D'un point de vue médical en revanche, le terme désigne plutôt les rhumatismes inflammatoires ou arthrite.

Il s'agit littéralement d'une inflammation articulaire, laquelle détériore les articulations. Cette maladie souvent chronique concerne les jeunes comme les moins jeunes et peut avoir des méfaits sur le système digestif, les yeux ou la peau des malades.

En revanche, l'arthrite a toujours pour origine une inflammation au niveau d'une ou de plusieurs articulations (dans ce cas on parle de polyarthrite). Si généralement une tuméfaction est une réaction normale de l'organisme pour faire face à l'intrusion d'un corps étranger, cette forme d'inflammation se déclenche anormalement de telle sorte qu'elle abîme le cartilage.

Jouant entre autres un rôle d'amortisseur de chocs et de protecteur des os évitant leurs frottements directs, ce dernier réagit dans le cas d'une arthrite par un excès de sécrétion de liquide synovial, lequel s'accumule et épaissit la membrane, puis les tissus environnants. L'inflammation conduit à des lésions sur l'articulation et les os, rendant la zone très douloureuse et les mouvements impossibles.

A long terme, un dysfonctionnement et une déformation articulaire se manifeste, voire une destruction des articulations, comme dans le cas d'une polyarthrite rhumatoïde.

Quand le rhumatisme inflammatoire chronique de l'adulte concerne  le bassin et la colonne vertébrale, on parle de spondylarthrite ankylosante, à l'origine de douleurs fessières et lombaires. Un des symptômes des rhumatismes est aussi le psoriasis. Dans ce cas, il s'agit de rhumatisme psoriasique.

Contrairement aux rhumatismes dégénératifs, l'arthrite n'est pas une douleur mécanique des articulations. L'effort n'est pas le problème étant donné que les douleurs se manifestent principalement au repos.

Aussi les rhumatismes inflammatoires sont souvent à l'origine de vives douleurs nocturnes et de réveils « rouillés » avec une sensation de raideur persistante, pouvant durer une demi-heure ou plus chaque matin.

Autre différence avec l'arthrose : l'arthrite peut se manifester chez les jeunes. On parle alors d'arthrite juvénile ou rhumatisme inflammatoire chronique de l'enfant. Mais quoi qu'il en soit, qu'il soit dégénératif ou inflammatoire, le rhumatisme se manifeste toujours par des douleurs articulaires conséquentes.

Quelles sont les conséquences des rhumatismes ?

Bien qu'ils ne soient pas mortels en soi, les rhumatismes peuvent affecter la durée de vie. Et pour cause, ils sont potentiellement invalidants et rendent le quotidien de leurs victimes très difficiles.

Ils peuvent être à l'origine de diverses pathologies liées à un manque de sommeil, à une immobilisation permanente d'un ou de plusieurs articulations, de chutes divers, de problèmes de mobilité, etc.

Il s'agit d'un véritable fléau qui porte atteinte à la qualité de vie des malades, étant donné que les douleurs se manifestent de jour (dans le cas d'une arthrose) comme de nuit (pour les rhumatismes inflammatoires), à l'effort comme au repos.

S'il est vrai que les rhumatismes peuvent parfois être bénins, la plupart des cas ils se manifestent pourtant par des douleurs sévères et prolongées.

Les conséquences peuvent être non négligeables, tel un handicap fonctionnel dans le cas d'une polyarthrite rhumatoïde, ou un trou important dans le budget du ménage dans le cas d'une spondylarthrite ankylosante avec un arrêt de travail moyen de 62 jours l'an, un changement de poste, voire un abandon de toute forme d'activité professionnelle.

Pratiquement, vivre avec un rhumatisme n'est pas de tout repos. Jeune ou âgé, le malade peine à s'acquitter des gestes normaux du quotidien, outre une difficulté à trouver sommeil face aux poussées nocturnes.

La fatigue survient et s'accompagne d'une mauvaise humeur, du stress, d'une mal adaptation sociale, voire d'un isolement étant donné que l'on craint de se plaindre à tout moment. La douleur est réelle et persistante et peut aussi être associée à un dysfonctionnement au niveau des yeux, de l'appareil digestif et respiratoire.

Autant de conséquences que l'on souhaiterait certainement être épargnées par tous les moyens ! 

L'harpagophytum peut-elle aider à soulager les rhumatismes ?

De nombreuses études continuent d'être mises en place dans ce sens. Cela étant, force est de constater que l'harpagophytum ou griffe du diable continue de faire son bout de chemin dans la médecine traditionnelle africaine compte tenu de ses vertus anti-inflammatoires et antalgiques.

Son intervention dans la phytothérapie s'explique par la capacité de cette racine à modérer les douleurs musculaires et articulaires.

De nombreuses propriétés anti-rhumatismales sont alors énumérées, notamment dans le cas de l'arthrose, à l'issue d'études menées notamment en 2003 et en 2006.

Il semble même que le traitement à l'harpagophytum minimise les effets indésirables d'un traitement chimique, comme la diarrhée.  http://www.lanutrition.fr/bien-dans-sa-sante/les-maladies/l-arthrose/les-nouveaux-traitements-de-larthrose.html

Dans ce même ordre d'idée, l'harpagophytum  peut réduire la douleur et redonner aux articulations leur mobilité et leur souplesse, y compris dans le cas de rhumatisme inflammatoire aiguë.

Et pour cause, cette racine magique détient une teneur importante en gluco-iridoïdes, en phytostérols et en flavonoïdes aux propriétés antalgiques, analgésiques et anti-inflammatoires. Alors, pourquoi ne pas l'essayer ?

 

 

titre
48h

 

48h

 

Harpagophytum Biologique